La kabbale appliquée au tarot
(Deuxième partie)

Sections de l'article
1) Introduction
2) Les trois septenaires
3) Les dix séphires
4) Les caractères hébreux
5) conclusion
Les trois septenaires
Une des originalités des théories tarologiques d'Oswald Wirth est qu'elles proposent, non seulement une analyse symbolique de chaque arcane individuellement, mais également une structuration de la totalité des vingt-deux arcanes ensembles (Papus avait précédemment dessiné des cercles divisés en douze rayons, dnas lesquels il faisait tenir les arcanes majeurs et mineurs). Il semble en cela être le premier à avoir émis cette possibilité et présente les arcanes en un unique cercle (1 x 22) ou en deux lignes (2 × 11). Dans le troisième chapitre de la première partie de l'ouvrage Le tarot kabbalistique, il propose d'écarter le fou pour permettre deux autre modèles basé sur vingt-et-un arcane, l'un de sept ternaires (7 × 3) et l'autre, de trois septenaires (3 × 7). Le Fou, semble alors à lui seul faire contre-poids aux 21 arcanes du groupe. Le ternaire, pouvant être assimilé à la trinité chrétienne, résume 1) le principe agissant, le sujet ; 2) l'action de ce sujet, le verbe ; et 3) l'objet de cette action. Ces trois concepts, font analogie avec le créateur (actif), le fait de créer (intermédiaire) et la créature (passive) ; ou encore l'esprit, l'âme et le corps.

Note : Concernant la structure des 22 arcanes, le livret qui accompagne l'édition artisanale du tarot d'Oswald Wirth propose une théorie plus abordable et en meilleure accord avec la kabbale, puisqu'elle se calque deux fois sur les dix séphiroth (2 × 10) mettant de côté le Fou et le Monde.



Les 22 arcanes du tarot en cercle
Dès la deuxième partie de l'ouvrage (p. 36), Oswald Wirth expose « la roue » des vingt-deux arcanes


Tarot kabbalistique - chapitre III
Première page de la section kabbalistique associée au tarot