Restauration
Réparation de jeux  de cartes et de boites

Alors que la restitution consiste en une création à partir d'ancien, la restauration se concentre sur la réparation à même l'objets. Plus délicate, car l'erreur n'est pas permise, cette opération permet de redonner une nouvelle jeunesse à des jeux de cartes qui ne peuvent généralement plus être utilisés. Pour demander une restauration d'un de vos jeux de cartes, exposez votre besoin en joignant des photos des cartes ou des boites à restaurer.




Note : Il est important de préciser que même si la restauration permet de compléter un tarot ou de réparer des parties manquantes aux cartes ou à leur boite, l'objet n'est jamais parfaitement remis à neuf : les réparations restent généralement identifiables et ont essentiellement pour rôle d'atténuer les défauts dus au temps et à l'usage.
Réconstitution du dos
Plus encore que la face, le dos des cartes se doit d'être uniforme sur l'ensemble d'un paquet, qu'il soit destinée à la divination ou au jeu : on ne doit pas pouvoir identifier les cartes à une différence du motif. Il convient donc d'effacer les tâches et de reconstituer les parties manquantes. en pratiquant une greffe ou en redessinant le motif avec des encre indélébiles. Bien que le résultat laisse percevoir la restauration, celle-ci donne à l'ensemble du jeu une bonne homogénéité.

Restauration du dos d'une carte
Le dos de cette carte d'un tarot Dulora d'époque avait une déchirure sur sa partie supérieure. L'image a été reconstitué à l'encre indélébile.
Réparation de boite
Les premières boites de tarots et d'oracles étaient à tiroir. Particulièrement élégantes, elles avaient toutefois une faiblesse : à force de tirer sur les deux parties du tiroir, le fond se détachait. Réparées à la va-vite par les précédents propriétaires, ces boites méritent qu'on leur redonne leur aspect original ainsi qu'une solidité à l'épreuve de leur nouvelle utilisation. Lorsque l'on dispose du fond original, il convient généralement de le nettoyer (délicat retrait de l'adhésif pour ne pas déchirer le revêtement externe du papier-cuir) et de coller soigneusement le fond sur le cadre de la boite pour qu'il tienne définitivement. Si le fond vient à manquer, on peut en recréer un à partir de carton provenant d'autres boites de la même époque. Différents effets de papier étaient utilisés et au delà de la teinte, il est essentiel d'en trouver un très proche par son relief, selon qu'il s'agit de papier-cuir ou de papier-tissus. Partant de cette pièce, elle peut ensuite être découpée en recréant les échancrures nécessaires à son intégration dans le cadre de la boite. C'est, bien évidemment, l'opération la plus longue du procédé et la plus délicate, car il faut retirer les parties de carton gris qui est assez épais, sans atteindre le papier en dessous (ci-contre rose) qui risquerait de céder sur un coup un peu trop violent. Une fois la pièce réalisée, ont peut alors la coller  pour retrouver la boite d'origine. Une dernière étape peut alors s'appliquer, consistant à teindre les griffures blanches pour estomper totalement les effets du vieillissement. Personnellement, je ne le recommande pas, car cette patine fait partie du charme de l'objet.

Restauration d'une boite
Le cadre de la boite, non maintenue par son fond, s'est écrasé (à gauche). Redressé, il tient désormais tout seul (à droite) ce qui va permettre de lui apposer son nouveau fond.

Restauration d'une boite - création du fond
Cette pièce de carton provenant d'une autre boite de la même époque a été travaillée pour correspondre parfaitement à son nouvel emplacement.

Restauration d'une boite - Boite assemblée
Le nouveau fond redonne à cette ancienne boite sa structure d'origine et la rend pleinement fonctionnelle.

Cartes manquantes
La fabrication d'une carte manquante se fait comme pour la fabrication d'un jeu, généralement par triple contre-collage. La principale difficulté vient en amont lors de la restitution de l'image, car celle-ci doit se fondre au mieux dans l'ensemble du paquet. Pour cette raison, la partie la plus délicate est le calibrage des couleurs qui se fait par impressions successives sur différents papiers jusqu'à obtention d'un résultat le plus proche. Lorsque la face et le dos obtenus se fondent au mieux avec le jeu original, ceux-ci sont alors contre-collés à l'ancienne. Le choix du papier pour l'âme est essentiel, afin d'offrir une bonne opacité, ainsi qu'un claquant et une épaisseur proches de celui du jeu original.

Recherche colorimétrique pour un as de trèfle
Cet as de trèfle a été reconstitué pour un jeu de piquet. Des essais successifs de colorimétrie permettent de retrouver le même blanc que celui du fond original.
Fabrication de boites
À défaut de disposer de l'emballage d'époque, on peut compléter son tarot avec une boite à tiroir réalisée selon la technique de fabrication d'origine. Le corps est constitué de carton gris très fort, recouvert d'un revêtement de papier-tissus ou de papier-cuir de la teinte souhaitée. Les deux éléments de la boite sont conçus pour s'emboiter parfaitement afin que la glissière se fasse en douceur. Pour compléter ce facsimilé, une reproduction de l'illustration d'origine est appliquée sur la partie extérieure, parfaitement tendue, ou avec un léger effet froissé (voir ci-contre).

Création d'une boite por un jeu de tarot
Cet ancien tarot de Marseille de Grimaud retrouve une boite qui convient à son image.